Des ânes, des familles, des rencontres insolites !

a-fleur-d-ane-drome

Les 6 pattes : quelques insectes à la loupe de nos jeunes âniers aventuriers

Grâce au rythme tranquille des longues oreilles et les sens en éveil des enfants et des adultes, les petites bêtes de la Drôme se dévoilent.
Dernièrement, lors de nos balades à pied en matinée ou en début de soirée, nous avons croisé le chemin :
de la cigale : elle aime la chaleur ! Elle se nourrit de la sève des arbres : elle perce l’écorce avec un dard appelé rostre. Seul le mâle « chante ». Ainsi il séduit les femelles. Il est doté d’un appareil à chanter : 2 cymbales (organes internes émettant les sons). On dit qu’il cymbalise.
du lucane cerf-volant (mâle) : c’est un impressionnant coléoptère. En forêt, on le rencontre dans les tas de bois, les vieilles souches, les fissures d’écorce. Sa nourriture : le bois ! La forme et le développement des mandibules du mâle ressemblent aux bois des cervidés, d’où son nom en latin.
de la mante religieuse : elle a une petite tête avec de gros yeux. Les insectes vivants (papillon, criquet, sauterelle, mouche…) composent son alimentation. Ses pattes sont dites « ravisseuses : qui se replient autour de la proie à la manière d’un couteau suisse ! La femelle mante religieuse profite du moment de l’accouplement avec le mâle pour neutraliser et manger… son partenaire. Pourquoi ? Il s’agit d’une préoccupation purement « maternelle » : ce casse-croûte lui apporte toutes les protéines que nécessite le développement de ses œufs.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.