Des livres voyageurs dans les sacoches de Hunka

Notre envie du jour : nous rendre à pied au village de Beaufort sur Gervanne (Drôme – Vercors Méridional) pour déposer nos livres lus dans l’ancienne cabine téléphonique ; elle a été aménagée pour recevoir les romans en tout genre, les revues… des uns et des autres ; et que cette littérature circule librement !
Nous avons un bon porteur de bouquins avec également thermos et petite grignote : notre âne Hunka.

a-fleur-d-ane
Hunka

Nous étions partis pour une heure de marche et tout compte fait…

a-fleur-d-ane
a-fleur-d-ane
a-fleur-d-ane

Repos en cette matinée

a-fleur-d-ane-drome

Lorsque les ânes de A fleur d’âne et Lydie n’ont pas d’activités de balade à pied ou d’atelier de découverte avec les divers publics (familles, groupes…), l’ordinaire des occupations se poursuit et se complète :

  • vérification de la clôture de la pâture
  • avec la pharmacie du moment, surveillance de la santé et l’apport de bien-être
  • remplissage du bac à eau ; renouvellement en soirée pour une eau propre et plus rafraichissante !!
  • ramassage du crottin
  • et… s’asseoir près des longues oreilles : juste être

La pharmacie du moment : quelques produits mis en lumière
L’aloe vera gel, en externe, pour ses propriétés antiseptiques, anti-inflammatoires, cicatrisantes, hydratantes, calmantes. L’huile de cade vraie « prête à l’emploi » pour chasser les insectes piqueurs et enquiquinants ! L’argile verte pour faire des cataplasmes protecteurs et antiseptiques/cicatrisants sur les plaies bénignes engendrées par les roulades, les grattages successifs. La teinture mère de Calendula servant de désinfectant.
Jacquot est un âne qui attire plus que ses compères les insectes ; en prévention et pour le soulager, nous lui donnons en interne 3 granules homéopathiques de Ledum palustre en 9CH / 1 fois par jour / sur une semaine ; une cure que nous ajustons en fonction de la situation. Jacquot répond mieux à ce traitement qu’avec Apis mellifica.

Des ânes, des familles, des rencontres insolites !

a-fleur-d-ane-drome

Les 6 pattes : quelques insectes à la loupe de nos jeunes âniers aventuriers

Grâce au rythme tranquille des longues oreilles et les sens en éveil des enfants et des adultes, les petites bêtes de la Drôme se dévoilent.
Dernièrement, lors de nos balades à pied en matinée ou en début de soirée, nous avons croisé le chemin :
de la cigale : elle aime la chaleur ! Elle se nourrit de la sève des arbres : elle perce l’écorce avec un dard appelé rostre. Seul le mâle « chante ». Ainsi il séduit les femelles. Il est doté d’un appareil à chanter : 2 cymbales (organes internes émettant les sons). On dit qu’il cymbalise.
du lucane cerf-volant (mâle) : c’est un impressionnant coléoptère. En forêt, on le rencontre dans les tas de bois, les vieilles souches, les fissures d’écorce. Sa nourriture : le bois ! La forme et le développement des mandibules du mâle ressemblent aux bois des cervidés, d’où son nom en latin.
de la mante religieuse : elle a une petite tête avec de gros yeux. Les insectes vivants (papillon, criquet, sauterelle, mouche…) composent son alimentation. Ses pattes sont dites « ravisseuses : qui se replient autour de la proie à la manière d’un couteau suisse ! La femelle mante religieuse profite du moment de l’accouplement avec le mâle pour neutraliser et manger… son partenaire. Pourquoi ? Il s’agit d’une préoccupation purement « maternelle » : ce casse-croûte lui apporte toutes les protéines que nécessite le développement de ses œufs.