L’ancolie vulgaire

Dans le sous-bois où siestent les longues oreilles, se trouve une plante à l’aspect inhabituel et très esthétique : l’ancolie vulgaire (Aquilegia vulgaris – famille des Renonculacées).

a-fleur-d-ane-ancolie

Autres petits noms

Ancolie commune – Cinq doigts – Gants de Notre Dame – Bonne femme – Colombine

Étymologie

Soit du latin aquilegus : « qui sert à puiser l’eau » aux vues des cavités de la fleur qui recueillent l’eau.
Soit du latin aquila : « aigle » ; la fleur est munie d’éperons ressemblants aux serres de l’aigle.
Note : le terme « colombine » aurait pour origine la structure particulière de la fleur : les 5 pétales et leurs éperons font penser à un cercle de 5 pigeons ou colombes regardant vers le centre de la fleur.

Les insectes visiteurs

Ce sont des espèces avec une longue langue : pour atteindre le nectar, il faut avoir un organe de collecte suffisamment long pour que, même en introduisant la tête à l’entrée de l’éperon, il puisse atteindre le fond de l’éperon où se trouve la réserve de nectar.
Les insectes les plus fréquents sont les bourdons, les abeilles domestiques ; selon les régions les syrphes (mouches) ou les guêpes.

Un peu d’histoire

Se frotter les mains et les bras avec la plante entière rendrait courageux et audacieux. Raison pour laquelle les contrebandiers navarrais ne franchissaient jamais la frontière sans porter sur eux une ancolie.

Plus d’informations :

https://www.tela-botanica.org

La composition floristique de la pâture : les refus

Dans l’article précédent, je vous présentais quelques végétaux mangés par les ânes.
Ici je fais état, par photo, des refus.

Violette : au Moyen-Âge, elle est considérée comme une plante magique et aphrodisiaque.

Primevère acaule : « primevère » dérive d’une forme latine tardive prima vera, formée de prima, « premier » (au féminin), et de vera, « printemps ». Elle apprécie les sous-bois humides et frais.

Daphné lauréole ou laurier des bois (fleurs) : plante entièrement toxique ; automatiquement rejetée du menu asin !

Hellébore fétide : une plante toxique dégageant une odeur assez désagréable.
Extrait « Le lièvre et la tortue » Jean de la Fontaine = [Rien ne sert de courir ; il faut partir à point. Le lièvre et la tortue en sont un témoignage. «Gageons, dit celle-ci, que vous n’atteindrez point sitôt que moi ce but. – Sitôt? Êtes-vous sage ? Repartit l’animal léger. Ma commère, il vous faut purger avec quatre grains d’ellébore ».]

Fragon ou petit houx : il appartient à la même famille botanique que l’ail !

Carline commune ou carline vulgaire est une plante herbacée de 15 à 70 cm de la famille des Asteracées appelée également Composées. Cette grande famille botanique comprend par exemple le pissenlit, le chardon, la marguerite, l’edelweiss. Mais aussi : 1/ le Séneçon de Jacob, plante toxique pour les équidés 2/ L’ambroisie mangée, par contre, par les ânes.

Orchis pourpre (feuille) : cette orchidée aime la chaleur et les sols assez secs.

Orpin de Nice (genre sedum) : plante vivace de 30 à 50 cm. Son écologie ? lieux pierreux, rochers, murs.

Genet à balai : L’écorce était utilisée pour le tannage et pour la fabrication de cordes.

Buis : La pyrale du buis est un papillon ; mais c’est surtout, tout au long de son stade larvaire, une vorace chenille qui a ravagé le feuillage persistant des buis de notre région et bien d’autres. Depuis l’année dernière, nous voyons, par-ci par-là, des repousses sur les jeunes arbustes.

Conifère (cône, aiguille, bourgeon) : Apparus sur Terre il y a environ 350 millions d’années, au temps du Carbonifère, les conifères ou résineux sont arrivés bien avant les arbres feuillus. Ils sont très résistants à la sécheresse comme au froid. Cette résistance est due à la résine, qui contient très peu d’eau évitant ainsi à l’arbre de geler ou de transpirer.

La composition floristique de la pâture – les gouteux

Voici, en image, un échantillon de la végétation dans le milieu de vie des ânes.
Dans cet article, je vous présente quelques unes des plantes et quelques arbustes/arbres : les ânes les sélectionnent pour composer leur menu quotidien.

herbe : la nourriture de base de l’âne

épis de laîche, du genre carex

pissenlit ou dent de lion : riche en vitamine C et B-carotène

thym : plante aromatique et médicinale ; formidable antiseptique

lavande : plante de lumière et de chaleur aux propriétés apaisantes

garance voyageuse : ses feuilles et sa nervure médiane sont pourvues d’aiguillons crochus. Les ânes en raffolent !

lierre grimpant : « Il apporte la fraîcheur, un compost remarquable à l’arbre qui le porte vers les cieux ; il abrite une faune riche ; il joue un rôle de régulateur thermique, protégeant les troncs des arbres des trop grandes et néfastes variations de température », extrait du site « lechemindelanature.com »

ronce commune : son fruit est savouré par nombre de personnes et d’animaux (oiseaux, mammifères) = la mûre !

genévrier commun : ses feuilles sont des aiguilles persistantes très piquantes ; la saveur de ces fruits est âpre

écorce (et mousses)
« Les ânes sont originaires de pays désertiques où ils se nourrissent de ce qu’ils trouvent : broussailles, bois, herbes sèches… Le bois (écorce, branche…) fait donc partie de leur alimentation. L’âne a besoin de fibres pour réguler sa digestion » , extrait du site « aneduquebec.com »

cornouiller sanguin : il doit son nom à la teinte rouge sang de ses feuilles à la fin de l’été. Les jeunes branches prennent également une couleur rouge brillant

nerprun alaterne : cet arbrisseau est caractéristique des garrigues méditerranéennes

chêne pubescent : son nom vient du latin pubescens : à poils courts et mous (face inférieure des feuilles et jeunes rameaux). C’est une adaptation de l’arbre à la sécheresse