Sortie printanière avec Elvis

« Si les fleurs
Ne nous
voyaient
Nous
ne les verrions
Pas. »
Haïku de Malcolm de Chazal

rencontre
en paysage ouvert
1er comité d’accueil : Ulcie, Manouche et Hunka
puis… Jacquot

Des nouvelles des ânes

Depuis quelques semaines les 5 ânes sont dans un nouveau lieu de pâture : une prairie bordée d’un sous-bois type méditerranéen, orientation Sud. De l’herbe de 2 ans est broutée. Les pins sylvestres et les chênes pubescents servent d’abris contre les 1ers insectes et la chaleur actuelle. Pas de ruisseau pour se désaltérer : la cuve à eau a été installée.

Les ânes affectionnent cet endroit pour leur « baignoire », lieu de roulade. Les roulé-boulés répétés ne permettent pas la repousse de la végétation.

La pierre à sel a été déposée dans un vieux pneu pour éviter sa roulade à elle.

Les soins actuels consistent à brosser régulièrement les animaux. La mue de printemps est bien amorcée : le poil d’hiver cède la place à celui des beaux jours. Ce changement engendre des grattages, des grattouilles… L’étrille, le bouchon et la brosse douce sont les bienvenus tout en savourant un moment riche d’affection, de tendresse. L’huile essentielle de lavandin pour soigner les petits bobos, l’eau florale de lavande pour un nettoyage en douceur des zones irritées, sensibles.

Séance de shiatsu pour Manouche

Manouche entre les mains d’Élodie

En ce printemps naissant, notre ânesse Manouche a le privilège d’avoir un soin particulier en shiatsu équin.
Élodie Mathieu, praticienne, connait bien notre troupeau d’ânes pour être intervenue aussi bien en éducation qu’en soin.
A chacune de ses venues en shiatsu, nous avons pu constater un net mieux-être pour nos animaux tant au niveau corporel qu’au niveau de leur mental.

En japonais, Shiatsu signifie pression (Atsu) des doigts (Shi). Il utilise la pression par le toucher pour stimuler des points sur l’ensemble du corps dans le but de rétablir la libre circulation de l’énergie selon les principes de la Médecine Traditionnelle Chinoise.

Durant plus d’une heure, Manouche se laisse aller au contact. Ses 4 compagnons se tiennent près d’elle, en toute tranquillité.

Exploration !

Avec l’article du 3 février, nous partagions avec vous le travail d’extension du parc actuel des ânes. La météo était à la neige. Le passage menant à l’agrandissement était inaccessible aux cadichons. Depuis, avec le redoux, les flocons blancs ont fondu ! Nous invitons les ânes à nous suivre pour découvrir leur nouveau territoire.

D’un jour à l’autre…

Samedi 2 février, le temps est à la pluie. Malgré tout, nous décidons d’agrandir le parc actuel des ânes ; leur offrir de la diversité alimentaire naturelle et un espace plus vaste nous motivent. Repérage des limites de propriété, débroussaillage, installation de la clôture.
Dimanche 3 février : la terre a revêtu son manteau blanc. Nous allons nourrir les 5 ânes avec le foin. L’exploration de leur nouveau territoire se fera plus tard sous une météo plus clémente !

samedi

dimanche

Pour commencer l’année d’un bon pied : la venue du maréchal-ferrant

Pas de pied, pas de marche !
En randonneuse avertie, j’apporte un soin attentif et quotidien à mes pieds et au choix de mes chaussures de marche.
Pour nos ânes, nous avons la même attention.
C’est dans une ambiance détendue que David, notre spécialiste des pieds équins, vient couper la corne, rectifier les aplombs des sabots.
En confiance les ânes se laissent faire.
Le travail du maréchal-ferrant est d’autant plus facilité que nous habituons nos longues oreilles à donner leur pied dans un entretien régulier.

La reine de l’évasion !

De petite taille et à la personnalité très malicieuse, notre ânesse Ulcie arrive parfois à se faufiler entre les mailles de la clôture électrifiée.
Licol et longe à la main, le corps détendu, tout tranquillement, « avec l’air de rien », je m’approche de Ulcie. Elle part au petit trop à l’opposé de moi. Rien de dramatique, normal. C’est comme un jeu et l’herbe est tellement meilleure de ce côté-là du parc ! Je stoppe ma marche, observe. Elle broute. Je l’appelle avec une voix douce et reprend mon avancée. J’alterne arrêt et marche. Quelques mètres nous séparent. Avec des gestes lents, une respiration calme, je la touche, la caresse ; elle me sent. Le licol est passé. Nous prenons la direction de l’entrée du pré.
Les 4 autres ânes se trouvant à l’intérieur du parc nous suivent et accueillent l’évadée.

Des ânes au cœur d’une crèche

A 1000m d’altitude, le village de Léoncel avec son abbaye cistercienne.
Depuis plusieurs années, durant la période de Noël, une crèche voit le jour dans la magasin St Hugues jouxtant l’édifice religieux.
Un thème est abordé à chaque création ; pour 2018 : les routes du Vercors.
Dès notre arrivée, Amandine avec Food’ mon Terroir nous accueille autour d’une crêpe, de ravioles chaudes et d’un verre de jus de pomme épicé ou d’un vin chaud.
A l’intérieur du magasin, des milliers de santons retracent la construction des routes de notre montagne mais aussi la vie quotidienne des gens de l’époque. Nous notons la présence des ânes, des chevaux, des bœufs, partenaires de travail indispensables de ce temps-là.