La composition floristique de la pâture : les refus

Dans l’article précédent, je vous présentais quelques végétaux mangés par les ânes.
Ici je fais état, par photo, des refus.

Violette : au Moyen-Âge, elle est considérée comme une plante magique et aphrodisiaque.

Primevère acaule : « primevère » dérive d’une forme latine tardive prima vera, formée de prima, « premier » (au féminin), et de vera, « printemps ». Elle apprécie les sous-bois humides et frais.

Daphné lauréole ou laurier des bois (fleurs) : plante entièrement toxique ; automatiquement rejetée du menu asin !

Hellébore fétide : une plante toxique dégageant une odeur assez désagréable.
Extrait « Le lièvre et la tortue » Jean de la Fontaine = [Rien ne sert de courir ; il faut partir à point. Le lièvre et la tortue en sont un témoignage. «Gageons, dit celle-ci, que vous n’atteindrez point sitôt que moi ce but. – Sitôt? Êtes-vous sage ? Repartit l’animal léger. Ma commère, il vous faut purger avec quatre grains d’ellébore ».]

Fragon ou petit houx : il appartient à la même famille botanique que l’ail !

Carline commune ou carline vulgaire est une plante herbacée de 15 à 70 cm de la famille des Asteracées appelée également Composées. Cette grande famille botanique comprend par exemple le pissenlit, le chardon, la marguerite, l’edelweiss. Mais aussi : 1/ le Séneçon de Jacob, plante toxique pour les équidés 2/ L’ambroisie mangée, par contre, par les ânes.

Orchis pourpre (feuille) : cette orchidée aime la chaleur et les sols assez secs.

Orpin de Nice (genre sedum) : plante vivace de 30 à 50 cm. Son écologie ? lieux pierreux, rochers, murs.

Genet à balai : L’écorce était utilisée pour le tannage et pour la fabrication de cordes.

Buis : La pyrale du buis est un papillon ; mais c’est surtout, tout au long de son stade larvaire, une vorace chenille qui a ravagé le feuillage persistant des buis de notre région et bien d’autres. Depuis l’année dernière, nous voyons, par-ci par-là, des repousses sur les jeunes arbustes.

Conifère (cône, aiguille, bourgeon) : Apparus sur Terre il y a environ 350 millions d’années, au temps du Carbonifère, les conifères ou résineux sont arrivés bien avant les arbres feuillus. Ils sont très résistants à la sécheresse comme au froid. Cette résistance est due à la résine, qui contient très peu d’eau évitant ainsi à l’arbre de geler ou de transpirer.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.