Le pied de l’âne et ses soins

DESCRIPTION :
Le pied de l’âne est plus petit et plus étroit que celui du cheval.
La majorité des ânes marchent « pieds nus » c’est-à-dire sans fer ; la corne de la paroi de leur sabot est plus épaisse ; de plus, le fait de marcher non ferré, durcit la corne.
Le sabot ne se déroule pas sur le sol comme notre pied, long et articulé ; il se pose au sol et c’est à l’intérieur et au-dessus du sabot que ça bouge.
Les sabots antérieurs sont plus ronds et larges que les postérieurs, qui eux, sont plus longs, ont les talons plus hauts et la sole plus concave.

Morphologie du pied de l'âne

Morphologie du pied de l’âne

Le sabot n’est pas un bloc de corne ! Il comprend :
– deux os,
– des tendons,
– des cartilages,
– des nerfs,
– de la chair.
Une enveloppe cornée, insensible, qui pousse tout le temps pour compenser l’usure, recouvre le tout.
« Dur comme la corne d’un sabot d’âne » : ce dicton qualifie une personne insensible.
Le pied est vivant, sensible. Souple, il amortit les chocs, stimule la circulation sanguine.
Il ne comprend pas de muscles ; ce sont uniquement les tendons qui le mettent en mouvement. Le poids de l’animal au repos et en marche repose sur lui.
LE PARAGE :
Parer un pied, c’est couper la corne qui ne s’est pas usée naturellement, régulièrement. Le maréchal-ferrant est à même de parer tout en respectant les aplombs de l’âne. Parer un pied d’aplomb afin que le poids soit bien réparti et que le jeu des tendons et articulations se fasse dans l’axe.
ENTRETIEN :
Il faut veiller à la propreté du pied, dessus et dessous, et vérifier l’état de la corne. Ce qui veut dire prendre en main les 4 sabots régulièrement.
Un cure-pied, une brosse dure, un petit outil pointu (pour retirer les cailloux coincés dans la ligne blanche) sont indispensables.
Quelques produits pour la prévention et pour les soins : le vinaigre de cidre, la liqueur de Villate, l’huile de cade vraie ; tous les 3 sont anti-infectieux, anti-bactériens, désinfectants…
Extrait du document de Martine Jouclas  « Le petit manuel de l’ânier ».

En image :

Commentaire (1)

  • Sylvie| janvier 3, 2020

    Bonjour . Mon ânesse s’est fait une belle entorse du genou ainsi qu’une entorse de la cheville ( boulet ?) avant gauche dimanche dernier .( Je la masse avec de l’arnica et c’est déjà bien dégonflé. Elle s’appuie sur sa patte avant beaucoup mieux) .En plus le sabot s’est décollé sur toute la partie interne au niveau de la couronne. Elle est sous traitement antibiotiques, et il n’y a plus de liquide qui sort de la plaie. Je pensais la laisser au repos dans son box encore au moins encore trois jours le temps de terminer les antibiotiques. Comment protéger son sabot quand elle sortira du box ??????? . Merci de votre aide.

  • Répondre

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.