Pour les jardiniers en herbe : du crottin d’âne au potager

Les caractéristiques du fumier d’âne…
« Le fumier d’âne est considéré comme un fumier « chaud ». Avec le fumier de cheval, il est utilisé pour faire des couches chaudes pour les semis.
Il a l’avantage de contenir très peu, sinon aucun élément alimentaire résiduel. L’efficacité de la digestion mono-gastrique de l’âne est telle qu’il digère la presque totalité des aliments qu’il absorbe. Le fumier est exempt de gains ou aliments non digérés.
Le fumier d’âne améliore la qualité des sols dits « lourds » et « froids », il a aussi l’avantage d’assécher les sols où la rétention d’eau est marquée.
Il peut être étendu au potager s’il n’est pas mélangé avec de la paille ou du foin avec un vieillissement de 5-6 semaines. Par contre, s’il est mélangé au foin ou à de la paille, il doit être composté au même titre que les autres fumiers. Le fumier d’âne à l’avantage de ne pas développer de champignons, éliminant les risques de perdre les jeunes pousses.
Le fumier d’âne devrait être appliqué dans :
un ratio de 10% au sol déjà engraissé ou 15-20% dans un sol pauvre et de mauvaise qualité. Avec 12 kilos de fumier d’âne, on couvre une superficie de 30 mètres carrés. »
Extrait de la revue « L’âne bleu », bulletin de l’association nationale des amis des ânes (ADADA), n°90.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.