La Pleine Conscience et les Ânes

« Les activités assistées par l’animal ont une influence positive sur les personnes. »
Brigitte Wijnen s’appuie sur les particularités de l’âne pour travailler sur les relations sociales, l’estime de soi, les capacités motrices : asinomédiation et deuil, épuisement professionnel, dépression, autisme…

La Pleine conscience est une approche utilisée pour tendre vers le bien-être.

« Dans la vie quotidienne, on se perd tout le temps. le corps est ici mais l’esprit est ailleurs, dans le passé, dans le futur, sous l’emprise de la colère, de la peur, etc. L’esprit n’est pas vraiment là, il faut ramener le corps vers l’esprit, l’esprit vers le corps. L’énergie de la Pleine Conscience nous permet cette harmonie et nous ramène au Présent, à ici et maintenant. La Pleine Conscience c’est tout d’abord la capacité de reconnaître ce qui se passe dans le moment présent. La reconnaissance simple sans jugement, ni critique, ni suppression, ni attachement. » Thich Nhat Hanh.
Docteur Jon Kabat-Zinn :« Pour expliquer l’importance du moment présent, j’ai coutume de regarder ma montre et à la question :« Quelle heure est-il ? » de répondre :« C’est étonnant, mon Dieu, il est encore maintenant ».

La Pleine Conscience nous aide à être attentif et conscient de notre vie. Devenant plus doux avec nous-même et apprenant à abandonner l’auto-condamnation, nous composons davantage avec le stress, la douleur…
Plus accueillant avec nous-même, nous sommes plus ouvert vers l’extérieur.

L’âne nous convie à ouvrir la porte du Présent. Il EST TOUJOURS dans l’ici et le maintenant. Calme, sans stress, sans jugement, il nous amène à un état de détente, état précieux pour nous ressourcer.
La relation avec lui est faite de confiance et d’échange : elle relève du PARTENARIAT.

Si nous nous écartons, par nos pensées, de l’attention portée vers lui, il va réagir. Sa réaction à cette rupture de lien, nous renvoie à la difficulté d’être là, bien présent. Alors sans pensée négative envers nous et envers l’animal, revenons au moment présent : focalisons nos gestes, notre attitude, notre attention vers l’âne. Notre respiration, notre ancrage au sol, notre regard, notre écoute sont autant d’éléments nécessaires au soutien de la Pleine Conscience.

Quand il n’a pas envie de faire quelque chose, l’âne s’arrête.
Ce comportement nous oblige à nous arrêter également.
OBSERVER,  COMPRENDRE,
ACCUEILLIR,
RESPECTER
notre personne et l’âne pour NÉGOCIER sans jugement…

 

Bibliographie :
– « Toucher la vie », Thich Nhat Hanh
– « Se changer, changer le monde », éd. L’iconoclaste
– « Revue Les Cahiers de l’âne, n°67 et n°68
Site internet :
http://www.ezelstalhansengrietje.nl/

Des chemins… des contes…

« Les contes ont pour berceau la nuit des temps.
Combien de siècles, de pestes, de révolutions, de montagnes et de mers ont-ils traversé avant de nous parvenir ?
Les contes sont dans l’âme humaine comme dans leur maison.
Ils ont vécu assez longtemps dans l’intimité des êtres pour tout savoir de nos soucis, de nos rêves, de nos désirs.
Ils savent ce que vous ignorez.
Demandez-leur une réponse aux questions qui vous préoccupent, ils vous répondront… »
Henri Gougaud

« Plaidoyer pour l’altruisme » de Matthieu Ricard

Extrait page 39 :
[…] Einstein dans une lettre écrite en 1921 :
L’être humain est une partie du tout que nous appelons l’univers, une partie limitée par le temps et l’espace. Il fait l’expérience de lui-même, de ses pensées et de ses sentiments comme d’évènements séparés du reste, c’est là une sorte d’illusion d’optique de sa conscience. Cette illusion est une forme de prison pour nous, car elle nous restreint à nos désirs personnels et nous contraint à réserver notre affection aux quelques personnes qui sont les plus proches de nous. Notre tâche devrait consister à nous libérer de cette prison en élargisssant notre cercle de compassion de manière à y inclure toutes les créatures vivantes et toute la nature dans sa beauté.[…]